Partez à la rencontre de personnages qui ont façonné l’histoire locale.
Jusqu’au 22 mars 2024, les Archives départementales de Maine-et-Loire vous invitent à découvrir une nouvelle exposition intitulée Visages d’Anjou. 

Visages d’Anjou

Celle-ci met en lumière 24 femmes et 24 hommes, illustres ou moins connus du grand public, autour de cinq thématiques : s'engager, travailler, explorer, diriger et créer. Le 49e portrait est celui du territoire – l'Anjou, puis le Maine-et-Loire – qui les réunit. 

Ces portraits permettent de faire découvrir au public des documents d’archives peu connus, conservés aux Archives départementales : un document de l’an mil, un carnet de voyage d’un écrivain ou encore une correspondance de l’ouest canadien.

Pour le volet consacré à la création, dix personnages sont mis en avant : une créativité qui s’exprime dans le domaine artistique par exemple avec le sculpteur David d’Angers ou l’actrice Gaby Morlay, mais aussi dans le domaine littéraire avec des plumes reconnues.

Il y a également celles et ceux qui ont dirigé : d’Aliénor d’Aquitaine à Jean Foyer, l’ancien Garde des Sceaux et Maire de Contigné de 1959 à 2001, en passant par Alfred de Falloux, Ministre de l’instruction publique et académicien, ils ont contribué au rayonnement politique du territoire au-delà des frontières de l’Anjou.

Les explorateurs et les inventeurs ne sont pas non plus en reste, avec des personnages comme le pionnier de l’aviation René Gasnier ou le chimiste Eugène Chevreul, connu notamment pour son travail de recherche sur la perception des couleurs alors qu’il est à la tête de la Manufacture des Gobelins.

L’engagement fait également partie de thématiques retenues, avec en particulier la figure de François Attibert, l’ouvrier ardoisier de Trélazé défenseur acharné de ses camarades ouvriers ou Charlotte Blouin, qui ouvre une école pour sourds-muets en 1777 à Angers. 

Enfin, les travailleurs sont également mis à l’honneur avec des figures comme André Leroy qui va donner un élan inédit à l’horticulture locale ou le célèbre archiviste Célestin Port.

L’exposition se veut résolument accessible au plus grand nombre. La scénographie de l’exposition a été conçue par Raphaël Aubrun, accompagné du graphiste Sebastian Carranza. 

Une vingtaine de documents originaux datant de l’an mil jusqu’au XXe siècle sont présentés dans le cadre de cette exposition.

Chacun des 48 parcours est personnifié par un dessin d’Aliénor Ouvrard, artiste angevine. Ces illustrations, librement inspirées de la réalité, donnent corps aux histoires individuelles, toutes périodes historiques confondues. 

Le 49e portrait est celui de l’Anjou et du Maine-et-Loire. Différent, par sa forme, des autres visages de l’exposition, il apparaît dans une vidéo de Delphine Oger. Racontés par Arsène, un adolescent angevin, l’histoire et les contours du territoire sont expliqués et accessibles à tous.

Et parce qu’il était impossible d’être exhaustif et de présenter toutes les femmes et tous les hommes qui ont fait l’Anjou, les visiteurs seront mis à contribution pour proposer d’autres personnages et déposer leur nom dans une urne installée aux Archives départementales. Les quatre personnages qui recueilleront le plus grand nombre de voix, et sur lesquels existent des documents d’archives, seront présentés au public lors des prochaines journées du patrimoine en 2024.

Informations pratiques :

Exposition Visages d’Anjou

du 4 décembre 2023 au 22 mars 2024 

Archives Départementales de Maine-et-Loire

Laisser un commentaire

Commentaires

Réseau média web

Liens utiles

Twitter